Let there be light.

Woaw, salut, ça va ? Ouais, désolée, la flemme. Bref.

Aujourd’hui, vers 18 h, l’ennui aidant, j’ai commencé à ranger le buffet du salon quand soudain je tombe sur le Coran. Version française but still.

Donc pour le fun, j’ouvre un passage au pif et je rigole un coup… Ok d’accord, le rangement attendra, je vais lire ce bon vieux livre un coup.

Du coup, je me ballade, je saute 300 pages, c’est beau, parfois c’est mal traduit somehow, mais quelque part i get the gist.

Du coup, pour le fun, je vais lire le passage des femmes. C’est encore plus rigolo car c’est à cet instant précis que j’ai compris que le Coran n’était pas un livre religieux per se mais plus un véritable livre d’instruction sur comment vivre sa vie de A à Z.

Loin de moi l’idée de manquer de respect à qui que ce soit mais ce n’est pas que dans le Coran. C’est aussi la Bible, (Ancien et Nouveau Testament) et j’imagine que c’est pareil pour la Torah (en voyant quelques LONGS extraits dans ma vie.)

Chaque livre saint n’est qu’une ribambelle de lois et de châtiments à donner si une personne fait une faute, mais avec le bonus track de “C’est pas grave si tu pêches, car Dieu te pardonne.”.

Ce qui remet en cause tellement de chose dans la religion. Dans chacune il est banni de tuer, de juger l’autre, et pourtant, je n’ai jamais vu justice si punitive et rapide que la justice religieuse, et ce, dans toutes les époques. L’Inquisition, les massacres de chrétiens sous l’empire romain, les juifs qui meurent parce que juifs…

Toute cette haine, depuis si longtemps, quand au final, quelque part, il ne s’agit que du même Dieu. Et tout le monde s’entre-tue pour “Lui”. Et ce n’est pas pour quoi il a fait l’humanité si on se base sur la logique qui habite ceux qui ont la foi. (Don’t ask me it’s a weird ass logic, i mean they believe in some ark and people turning into salt…).

Et quelque part j’ai la nette impression que jamais ne s’arrêteront les massacres et les guerres car il y aura toujours cette envie de plier l’autre à SA façon de vivre. On parle constamment du respect d’autrui, d’accepter l’autre mais jamais on n’applique ce que l’on prêche. On tente toujours de convaincre l’autre que *son* truc c’est *THE* way of life et que si tu n’en fais pas partie, bah tant pis pour toi, tu finiras dans l’enfer éternel. Mais *moi* non, parce que *moi* je suis dans la vérité.

 

Qu’est-ce que je voulais dire moi déjà ?

 

Ah oui.

Religious people : cut the crap. Aimez vous les uns les autres comme le dit si bien JC. Si Jugement il doit y avoir, Dieu s’en chargera, après tout il est là pour ça. S’il a fait l’homme (et par conséquent LA FEMME) à son image, il a aussi donné le concept génial du free will. Tant qu’on respecte l’autre et sa façon de vivre et qu’on ne cause de mal à personne, en quoi serait-on moins ou plus apte à aller au Paradis ou en Enfer que son voisin ? N’est-ce pas là le but ultime de toute cette merde ? Vivre en harmonie avec son voisin ? Ou je me trompe ?

Et si vous vous demandiez pourquoi Dieu n’a pas donné signe de vie depuis si longtemps (*excuse me while i crack a rib laughing*) c’est peut-être parce qu’il n’est pas content de vos interprétations de ses commandements et qu’il ne reviendra pas vous voir tant que vous ne serez pas sages. On parle quand même de la personne qui a envoyé Adam et Eve souffrir de tous les maux juste parce qu’ils ont croqué une pomme.

 

Imagine comment il risque de bouder si jamais les descendants des bouffeurs de pommes ne font que bouffer des pommes et s’entre-tuer en son nom ?

 

(Et là c’est moi sympa hein. Sérieux. Ouvrez un bouquin de Science Nat’.)

Posted in Uncategorized | Leave a comment

Ainsi font font font les petites marionnettes.

Dimanche il étaient encore dans la rue.

Pourquoi ?

Oh pour rien de bien méchant. Juste pour dire qu’ils sont pas content de voir des homosexuels avoir les mêmes droits qu’eux. (et surement d’autres conneries tiroirs type “trop d’impôts”, “dictature socialiste” et des joyeusetés “un papa une maman.”)

Pourtant quand tu regardes bien la déclaration des droits de l’homme, dès le début, il y est bien précisé que chaque humain doit avoir les mêmes droits et obligations que n’importe quel autre. Mais quand tu regardes d’un peu plus près, il y a des alinéas.

L’homme né libre. Pour l’instant, tout le monde est d’accord. Pour ce qui est des droits, on chipote encore un peu.

Premièrement je voulais préciser que dans la tête de ces consanguins limités intellectuellement que quand ils parlent d’homosexuels il s’agit d’hommes. Les “sodomites”. Car il est impossible pour une femme d’être attirée par une femme, il s’agit d’une phase ou d’une fille perdue qui n’a pas trouvé le “bon mec” pour la remettre sur le droit chemin.

Donc dans leur imaginaire bien fertile, l’homosexuel est un homme, sodomite, qui n’a qu’un but dans la vie : convertir la société hétéro-patriarcale en société Patricia-folle-du-désert.

Ce qui te prouve bien que parfois éteindre TF1 et sortir le dimanche ailleurs que chez mamie pour le déjeuner dominical, c’est pas donné à tout le monde.

Le portrait robot du manifestant typique est tout con. La personne est blanche (en grande majorité), de droite ou de l’autre droite – ce qui est pourri parce que l’UMP et le FN font la même chose et que la droite que l’on a connu “enfant” est perdue. Dîtes merci à Guaino et sa team. Âgé d’environ 45-50 ans, généralement très très croyant (ils sont catholiques et donc perçoivent chaque critique qui leur arrive comme de la “cathophobie”. Meh.) et le petit bonus, la cerise confite bien dégueulasse sur le gâteau, c’est que ces tarés embarquent leurs enfants avec eux pendant leurs manifs de la haine.

Pour comprendre quelque chose, si tu es hétéro et que voila, t’as jamais eu des pulsions gays, l’enfant sait déjà, par des rêves érotiques ou tout simplement par attirance, si il est homo, hétéro, bi, ou ne se sent pas bien dans son corps et qu’il se considère comme quelqu’un d’autre.

Donc les enfants des manifestants, et ils sont pléthore à défiler avec drapeaux et slogans qu’ils ne comprennent pas, défilent, hurlent avec papa-maman-tantine que les homosexuels ça suffit, que le lobby LGBT contrôle le gouvernement (le gamin de 7 ans va tout comprendre, c’est évident. Surtout “lobby”.) tout en se demandant si, au lieu de manifester par ce jour de pluie, ils n’auraient pas mieux fait de rester à la maison, jouer sur l’iPad de papa, ou tout simplement faire les devoirs.

Sauf que si on fait les devoirs, ça veut dire qu’on va devoir aller à l’école. Mais il semblerait que maman ne soit pas trop d’accord pour déposer Aristide et Josiane parce qu’elle a reçu un texto qui disait que la maîtresse allait leur apprendre à faire des choses déviantes. Car oui, d’après des textos très officiels anonymes, l’école républicaine française compte s’occuper d’éduquer les enfants à la sexualité.

Scandale. Danse de vandales. Sent d’où vient la chaleur ? Pas du giron de Marcelle.

Ceux qui possèdent un cerveau et qui entendent parler de l’affaire des textos explosent de rire, obviously.

Mais le cerveau n’est pas donné à tout le monde semble-t-il.

Du coup je me demande jusqu’où ils vont aller. Quand leur stupidité va enfin leur revenir dans la gueule pour les gifler fort et avoir une piqûre de réalité.

Parce que ça fait environ 1 an et demi qu’ils manifestent, veillent, qu’ils appellent à la guerre civile, qu’ils pleurent à la télé, sur internet, à la radio, dans les médias, qu’ils ne sont pas écoutés, que leurs revendications sont pourtant celles de tous les français (ce qui est BIEN EVIDEMMENT FAUX.) et qu’ils ne lâcheront jamais jamais jamais.

Ces gens me fatiguent, c’est bien génial pour eux qu’on soit en démocratie et qu’ils ne soient pas fusillés sur la place publique pour troubles, dégâts et injures.

Parce que si on était vraiment dans une dictature socialiste (truc qui veut rien dire.) leurs manifestations auraient été interdites dès le début des imbécillités.

Jamais vu des mauvais perdants aussi violents de ma vie. Et ils ont pignon sur rue.

Posted in Uncategorized | 1 Comment

Tu enfanteras dans la douleur.

Si je veux d’abord.

Avec les zévenements récents je n’ai pas pu m’empêcher de penser “et si je donnais mon avis alors que personne ne me le demande ?” car après tout, ça sert à ça d’avoir un blog et que j’ai envie alors souffre de me lire.

Donc en Espagne, tu dois le savoir, on commence à se dire “oh la la c’est un peu chaud là, on a donné trop de liberté à la femme, faudrait lui rappeler sa vraie place à cette nigaude” en proposant de faire un bond d’environ 50 ans dans le passé et de n’autoriser l’avortement qu’en cas de viol et/ou d’enfant un peu malformé (et encore, on te dira que t’es qu’une égoïste niania bref.).

Une chose qui me rend un peu chafouine, c’est à quel point ce sont (en grand majorité hein.) des hommes qui viennent, tels des Don Quichotte de mes ovaires, sur leurs destriers pour dire aux femmes “NON TU NE FAIS PAS CE QUE TU VEUX DE TON CORPS ÊTRE INFÉRIEUR !”.

C’est rarement quelque chose que tu vois en sens inverse. Par exemple tu vois moins les femmes soumettre des propositions de lois pour que les vasectomies soient obligatoires après 3 enfants non désirés car “j’étais trop bourré pour mettre une capote, mais je comprends pas, je me suis retiré, j’ai giclé sur son ventre” (tu peux rire, certains ont du mal encore à saisir le concept de la fertilisation de l’ovaire, pourtant, on a eu environ les mêmes cours sur ce sujet en 4ème. Mais certains devaient rire bêtement en entendant le mot “pénis”. Erf.). Tu ne vois pas les femmes ordonner que chaque homme de plus de 35 ans passe un examen de la prostate tous les 6 mois parce qu’une raison qui n’a aucun sens mais je suis une femme, tu fais ce que je t’ordonne parce que c’est moi qui donne la vie, alors tu vas m’réparer ma voiture HOMME !

Dans mon cas personnel, la question ne se pose pas. Je refuse d’enfanter. Je refuse de tomber enceinte. Non il ne s’agit pas d’égoïsme mais d’altruisme. Selon mon point de vue il n’y a rien de plus égoïste que de faire un enfant.

Faire un enfant ça ne conforte que la/les personnes qui le veulent (ou l’ont parce que “ah merde. Bon bah chu enceinte.”, vous savez de quoi je parle.). Tu fais un enfant pour te rassurer sur ta vie. Or l’enfant, qui va grandir, devenir adolescent, adulte, lui n’a rien demandé. Et ce n’est pas comme si on vivait dans le jardin d’Eden, avec l’humanité super fraternelle, qui s’entraide, des arcs-en-ciel partout et des fées qui viennent faire un tour sur le berceau en lui promettant une belle voix, des cheveux soyeux et aucun complexe. Si ? Non ? Non.

Et je ne te parle pas de celles qui font 4 enfants et plus. Quel est le but de tout ça ? Pourquoi as-tu le besoin de te sentir débordée, en manque de sommeil, au bord de la crise de nerf constamment et pour celles qui pètent vraiment un câble, les mettre au congélateur/les oublier dans la voiture en plein été/les noyer dans la baignoire ?

M’enfin. Le sujet n’est pas là. Il s’agit bien évidemment du droit fondamental à la femme d’user de son corps comme bon lui semble.

Alors oui j’ai vu les arguments “mais elle détruit la vie, si ça continue, l’humanité va cesser d’exister !!!!”

1/ On détruit la vie en se lavant. Oui, les cellules portent la vie. Et quand on se lave, elles meurent. Crime. (L’Homme, de son côté, en se masturbant tous les soirs dans la douche avant de voir bobonne, tue des millions de vies, toutes dans le siphon de la douche. Et lui, on ne lui dit rien. Parce que “c’est naturel pour une homme de faire ça.” [suckmydick.jpg])

2/ L’humanité va cesser d’exister ? Vraiment ? T’es certain de ton argument ? Je ne sais pas si t’as bien vu autour de toi Marcelle, mais l’humanité ne cessera d’exister que si grosse guerre atomique, énorme vague d’une maladie infectieuse ou de zombies outbreak. L’humanité ne va pas s’éteindre parce qu’une poignée de femme ne voulant pas d’enfants décide de ne pas faire ledit enfant. Et quand bien même, l’humanité qui risque de s’éteindre, ça ne se fera pas en 5 ans ma puce. Regarde autour de toi, va sur wikipédia, l’être humain a infesté la planète. L’être humain est au nombre de 7 182 984 591 personnes à ce jour.

Pour que toutes ces personnes disparaissent parce qu’une centaine de milliers de femmes refusent d’être enceinte (avec tous les désagréments que ça comporte), d’accoucher (hello déchirure vaginale !) et de s’occuper 24/7 d’un enfant, il faudrait du temps.

J’ai vu aussi l’argument “C’est une salope, elle couche avec plein de mecs, et elle se fait avorter tous les 6 mois !!”.

Haha. Quel argument. Entendu du côté testiculaire et ovarien d’ailleurs (oui, pas plus grand misogyne que la femme, un concept encore flou chez moi.)

Encore une fois, revenons aux cours d’SVT du collège. Un enfant se fait quand un spermatozoïde rencontre un ovule fécondable. Donc c’est un boulot qui se fait à deux (minimum. Après tu fais c’que tu veux.). Et il semblerait que l’on victimise la femme à ce sujet. C’est souvent “mais t’as qu’à prendre la pilule toi aussi !” ou “Fallait pas ouvrir ta chatte, tu serais pas enceinte !!”. C’est sympa d’avoir toujours ce sentiment de culpabilité qui te pèse sur les épaules, peu importe le choix que tu fais dans ta vie, pas vrai les filles ?

L’enfant, le bouiboui de foetus, ne se fait pas seul. A l’homme aussi de prendre des responsabilités. Pourquoi faire la pilule contraceptive pour la femme, et non pour l’homme ? Il serait plus logique que l’homme ne soit pas fertile, quand on sait que la femme ne produit qu’UN ovule par mois alors que l’homme te sort environ 100 millions d’êtres humains potentiel par giclée. Ou pourquoi, petite idée qui me passe comme ça, ne pas culpabiliser l’homme ? Car, bien souvent, quand il y a grossesse non désirée, c’est à la femme de se retrouver bloquée toute sa vie avec un gamin qui ne connaîtra jamais son papounet car celui ci s’est soudaincoup souvenu d’un RDV super important chez le dentiste et c’était y’a 15 ans, il doit encore être dans la salle d’attente Jason, maintenant mange ta purée jambon ketchup !

So, pour finir, un conseil.

Occupe toi de ton pénis, de ton vagin. Ne cherche pas à réguler celui/celle de ton voisin de palier, comme ton voisin de palier lui ne viendra pas te dire que tu fais mal cuire ton riz.

Une société apaisée est une société qui se mêle de son propre anus sans pour autant avoir envie de légiférer sur celui d’autrui.

Posted in Uncategorized | 2 Comments

J’ai testé pour vous…

Une application à la “mode” chez “les jeunes”. Badoo.

J’en avais entendu parlé cet été, comme environ beaucoup de gens, comme étant L’APPLICATION à avoir sur ton téléphone si tu veux trouver l’amour.

Je n’ai trouvé que du facepalm.

Entendons nous bien, j’ai une sainte horreur des sites de rencontres, des applications toutes faites pour “tchater” avec des gens qu’en règle générale tu ignorerais dans la vie.

Alors hier soir, prise d’une insomnie (comme d’hab) et face à l’ennui du monde qui commençait à m’envahir (excuse pourrie) je me suis dit “hey, viens on teste ?”. Après avoir testé grindr pour le fun, pourquoi pas une appli pas homosexuelle.

Autant sur grindr j’ai tenu 3 heures, autant sur badoo j’ai tenu 2 heures en pleurant et en tremblant en supprimant mon compte.

On passe le fait sur comment je t’explique le principe du profil. Tu sais faire.

Ensuite on te demande d’ajouter tes centres d’intérêts. Pourquoi pas.

Donc dans la section “livres” le premier sur lequel je tombe “La Bible”. Moui. Non. Je l’ai lue quand j’avais 14 ans, et niveau science fiction, à la rigueur, je préfère lire du Stephen King. Plus crédible.
Ensuite tu as Twilight, et c’est tout. Parce que le reste j’ai refusé de poursuivre. Mais l’honneur est sauf, y’avait Harry Potter.
Puis, tu as la section “loisirs” et c’est là que j’ai commencé à me poser des questions sur les utilisateurs. “Télévision, Clubbeurs, Secret Story, Lire Public, Facebook, Youtube” et autres débilités qui ne sont vraiment plus de mon âge (3615 Mamie, bonjour.).
Je te passe la section “jeux vidéos” avec candy crush et autres conneries de paf le chien. Tu l’auras deviné, c’est vraiment VRAIMENT bas de gamme.

Donc bon gré, mal gré, je me plie aux exigence et me construis un petit profil basique. Je mets même une vraie photo de moi. Ce qui, en ce qui me concerne, est une avancée énorme sachant que je ne supporte pas que mon visage soit sur un écran autre que le mien sans pouvoir contrôler où il va finir. Anyway. On passe ensuite dans le but du jeu : les rencontres.

L’application te fait défiler une série de photos avec en question “il te plait ?”. Tu as donc la photo de profil du bonhomme/de la nenette, ses centres d’intérêts (ceux que tu as en commun sont highlighté) et 3 choix : oui, peut-être, non. Donc on passe des profils, on reconnait 2/3 personnes car l’appli fonctionne par géolocalisation, on constate la moyenne d’âge d’environ 23 ans. On envisage aussi de sniffer de la coke parce que seigneur dieu certains avaient des profil de compét’ ! (Non, aucune capture d’écran, tu veux savoir, tu t’inscris.)

Ensuite tu as la petite fonction qui te permet de savoir que des gens sont passés sur ton profil et ont noté ta photo. Niveau construction d’un sentiment d’infériorité et de baisse d’appréciation de soi, j’ai pas vu tel niveau depuis… Depuis jamais en fait.
C’est simple, tu mets ta tête et des gens viennent te noter sur 10. Pour peu que tu sois mal dans ta peau, pas très sexy sur la photo, et qu’un mec te note 2, tu peux aisément avoir là le début d’une bonne dépression.

Je n’exagère pas du tout, il semblerait que l’appréciation de l’autre sur notre physique soit devenue une constante de ce millénaire. Comme si s’aimer soit même n’est plus du tout suffisant, on se doit de plaire aussi aux autres, sinon on ne dort plus la nuit. Société 2.0 où tout est misé sur le physique et où l’intellect est raillé. On dirait le collège mais à un niveau national.

Passons au vif du sujet, les interactions.

D’ailleurs, on va mettre les choses au clair tout de suite, non je ne m’étais pas inscrite pour trouver l’amour, malgré mes anciens billets, j’ai bien conscience d’être un peu trop exigeante avec moi même et autrui pour espérer trouver quoi que ce soit de concret sur une application en 2013. Cela est dit, revenons à nos moutons.

L’humain vient te parler et tu as le choix entre accepter et donc dialoguer ou refuser et ne plus entendre parler de lui, son profil finissant dans les limbes d’internet.

Bon.

J’ai bien conscience que ce soit une appli faite pour les rencontres, mais pourquoi les phrases d’accroches sont toutes les mêmes, pathétiquement déplorables ? Florilège. Attention c’est sport.

“cc sa va ?”
“salu tfk ?” (je ne sais pas ce qu’il voulait dire.)
“té jolie lol”

J’ai répondu à 2/3 qui semblaient intelligent et qui n’avaient pas un français à se tordre de douleur en écoutant du Lorie. Le niveau de conversation n’a jamais été aussi bas que depuis que j’ai voulu apprendre le français à la petite que je gardais en Angleterre.

En gros les conversations oscillaient entre “tu vi seule ?” et “mais t’es bi ça veut dire que t’aimes plus les filles ou les garçons ?”. En 2013 je n’ai plus le temps d’éduquer quiconque sur la sexualité, au bout d’un moment faut sortir sa tête de son cul et s’ouvrir au monde.

Je n’ai jamais été aussi effrayée de l’humanité qu’hier soir, et pourtant j’ai traîné dans des forums de facho, j’ai été présente à une vente de moutons pour l’aïd en plein air au Maroc, j’ai suivi les débats pour le mariage ouvert aux homosexuels et jamais jamais j’ai eu aussi mal pour l’humanité que ça.

Le niveau est effrayant, on ne s’intéresse plus à ce que la personne a à offrir, mais à son cul ou son tour de poitrine.

L’humanité est devenue fast food, je te prends, je me sers de toi, je te jette, éventuellement je pourrais te reprendre si j’ai encore faim, mais par pitié, ne me donne pas la main en public, on pourrait croire qu’on est ensemble.

Et en ce qui concerne le niveau intellectuel, je ne sais plus quoi dire. Ces humains ont été bercés à la télé réalité. De Loft Story, Nice People, Star Academy en passant par Les Anges de la Télé-Réalité et Hollywood Girl, il est quasi impossible d’avoir une conversation qui s’élève à quoi que ce soit. Niveau 0 sur l’échelle de TF1.

I weep for humanity. I weep for me.

Posted in Uncategorized | Leave a comment

Mmmh noodle soup ! GOD DAMMIT !

Il fait froid, les gens ne se plaignent pas encore, mais il fait froid (et moi chui super contente *part vomir* parce que le froid ça me manquait.), et quand il fait froid un seul plat pour se réchauffer : LA SOUPE.

Aujourd’hui jte prête la recette d’une soupe basique, super simple à faire, nourrissante (si j’te jure.) et qui réchauffe jusqu’au bout de tes petits orteils gelés.

Pour se faire, il te faudra de l’eau (“ah ouais ? Pour faire de la soupe ? T’as l’air intelligente toi !” Vazy ta gueule.), de la semoule d’orge (grosse ou moyenne et ça ressemble à ça), de l’huile d’olive, du thym, du sel, du poivre et du cumin.

Du lait concentré et du lait-lait. Entier, demi, tu t’demerdes.

Tu fais bouillir de l’eau, tu mets une bonne rasade d’huile d’olive, quand l’eau fait bloup bloup tu mets une dose de semoule ou deux, selon la quantité (tu fais ça dans une casserole assez profonde, parce que la semoule va gonfler et tout. Sauf si tu veux en avoir partout sur ta plaque et devoir nettoyer pendant 3 heures, c’est toi qui vois.). Tu rajoutes du sel pour que ça convienne à ton gout, un petit peu de poivre, pas trop, et le cumin tu peux en mettre 2 cuillère à café, ça pique pas et ça donne une bonne odeur.

A mi cuisson de la semoule (j’en sais rien quand, tu fais ça au pif.), tu rajoutes du lait.  Environ 2 doses. Oui. (J’ai pas précisé, mais tu me fais tout ça à feux doux, soit pas non plus concon.).

Tu laisses mijoter. Et ensuite tu rajoutes environ une dose de lait concentré. Tu re-laisses mijoter.

Voila, tu as ta soupe, t’es content et ça peut se conserver 3 jours au frigo.  (Et tout ça pour 20 min de préparation.)

Ne me remercie pas.

Posted in Uncategorized | Leave a comment

Big Girls you are beautiful.

Bon pas toutes, mais tu situes le délire.

Aujourd’hui j’ai lu un tweet qui m’a un tantinet fâché.

Le tweet en question était “Ce serait bien que les petites grosses essaient d’être aimables pour essayer de sauver un peu leur condition.”.
Funny right ?
Hahaha.

Ou pas.

Pour ceux qui ne connaissent pas Twitter, je vais vous expliquer rapidement ce que c’est.
Twitter c’est l’endroit typique où on s’indigne pour tout. Souvent pour rien. Un tweet raciste. Un montage à la con. Une phrase homophobe. Bref, si tu veux faire le chevalier sur son beau destrier blanc venu sauver la princesse du dragon, c’est THE place to be.

Sur Twitter on aime se montrer indulgent, compréhensif, aimable, altruiste.

Sauf quand on s’attaque aux grosses. (NB : je déteste faire des articles défendant les grosses, je ne suis pas une autre blogueuse que tu connais, je suis grosse, je le vis bien, c’est génial d’être confortable, je plains les sacs d’os tu sais pas à quel point).

Ce qu’il faut savoir c’est que la grosse de base a été victime de quolibets et de blagues environ toute sa vie. Que ce soit dans sa famille, à l’école, dans la rue, par des inconnus… Toujours le regard méprisant quand tu te nourris (“Attends t’es grosse, t’as VRAIMENT besoin de déjeuner ? T’as de la réserve 😉 😉 ;)”), le regard qui tend vers le dégoût de la vendeuse quand tu oses demander s’ils n’ont pas ce jean en 46 (au passage, sale pute, je t’ai revue la semaine dernière tu fais le double de mon cul. Sweet vengeance.).
Si par malheur t’as été grosse toute ta vie, je te laisse imaginer les vannes pendant la scolarité en cours de sport (surtout pendant la période “athlétisme” où j’avais le droit à “Nan mais elle va mourir madame, elle sait pas ce que c’est courir, regardez elle est rouge” ha ha ha. Sinon maintenant comment tu vis ton mariage échoué et ta vie de merde ? [Facebook c’est quand même sympa pour ce genre de trucs.]).

Donc tu débarques sur internet, tu découvres twitter, tu découvres des gens qui sont sympas, qui défendent l’opprimé. Mais qui font des blagues sur les gros. Les gros ça fait toujours du RT. Les gros ça fait rire. Ah ah ah regardez, déjà qu’elle est grosse, elle pourrait être sympa.

Non sale connasse, je n’ai pas vocation à être sympa parce que je suis en surpoids. J’aime la bouffe, j’aime cuisiner, j’aime me faire des plats.
Non je ne fais pas du 38, non je ne me fais pas vomir après avoir mangé une choucroute et non grognasse, je ne vois pas en quoi mon surpoids ferait de moi une personne adorable à tes yeux. Mon gras n’est pas une excuse à ton manque évident d’éducation.

Je ne fais pas de vannes sur les anorexiques, pourtant je pourrais, j’en ai des tonnes (from the top of my head “B’alors, on s’est échappé d’un camp de concentration ?” ou bien “Attention y’a du vent, tu vas te retrouver à New York !”) mais je sais que ça peut être blessant, donc je ne le fais pas.

La vie est suffisamment salope avec vous pour ne pas que je vous juge sur votre physique et que je vous dise des phrases du type “T’es pas jolie, sois polie”.

Donc à toutes mes grosses out there, levez le poing telle une Amel Bent avec un peu plus de classe. Mordez celles et ceux qui osent vous faire une remarque sur votre poids car c’est tout aussi abjecte que les phrases type “t’es une femme, va me faire un café” ou “oh la la tu viens de la Martinique ? J’adore les bananes !”.

Et le prochain qui fait une blague sur les grosses, j’irais m’asseoir sur lui.

C’est dit.

Posted in Uncategorized | 6 Comments

“What do you want ? What do you want ? WHAT DO YOU WANT ?” Ryan Gosling. The Notebook.

Oui j’aime avoir des citations un peu philosophiques en titre.

Je voulais vous parler de deux trois petits trucs. Sans grands intérêts.

On nous demande souvent en grandissant ce qu’on veut faire “plus tard”. L’un veut être boulangère (pour manger les bonbons), l’autre maîtresse (pour punir les enfants), celui ci pompier, et l’autre au chômage (“suis à la maison et payé, c’est trop bien.”).

Moi je répondais “être heureuse”. Forcément ça chatouillait les adultes autour de moi.

Sauf que maintenant que je suis adulte, je me suis rendue compte de l’arnaque que c’est la vie. Et que être heureuse c’est un peu comme un tour sur les pires montagnes russes de ta vie. Tu kiffes les montées, tu admires la vue tout en haut, et la chute est ignoble, tu as peur de mourir, et en fait non, tu remontes éventuellement.

Tu remontes toujours à un moment.

 

What do we want ? Happiness. How ? Basic stuff.

Ça tient à un repas chaud de temps en temps, un toit sur la tête, un lit où dormir, un corps en bon état, des personnes qui sont à tes côtés pour rire, pleurer, danser.

Ça tient aussi à avoir de l’argent.

Que celui qui a dit que l’argent ne faisait pas le bonheur oubliait qu’il y contribuait grandement.

Des choses matériels font le bonheur. Peu importe ce qu’en disent les bouddhistes au fond du Tibet. Chaque pays son minimum syndical pour être heureux.

 

En fait c’était pour dire rien du tout.

Posted in Uncategorized | Leave a comment